Bolivie – Uyuni

Le salar Uyuni, c’est tout une histoire.

On a failli ne pas y aller. Inquiètes (enfin surtout Sara) des récits de voyageurs racontant leurs malheurs : mal de l’altitude, voiture 4×4 en panne ou embourbée, conducteur saoul, lever à 4h du matin, nuit frigorifique dans un hôtel de sel, milliers de touristes présents, nous avions presque jeté l’éponge. Jusqu’à ce que nous trouvions qu’un tour pour seulement une journée était possible (au lieu du célèbre tour de 3 ou 4 jours).

Donc nous avions prévu un trajet en bus « normal » pour quitter San Pedro De Atacama, entrer en Bolivie et rejoindre la ville d’Uyuni. C’est ce que nous avons fait malgré un changement d’avis et une annulation de dernière minute !

Et pour le Salar ? Nous nous sommes engouffrés dans un 4×4 avec 4 autres touristes pour une sortie à la journée bien fade…

A part l’incroyable dimension et la couleur immaculée du salar, il n’y avait pas grand chose à voir.

On commence par un cimetière de trains. Des centaines de touristes s’y retrouvent pour grimper…. et se prendre en photo. On joue le jeu puisque le guide chauffeur nous laisse 30 minutes pour profiter du site…

Ensuite on se fait larguer 50 minutes devant un mini-musée et des magasins d’artisanat local (souvent made in China..)

A part nous secouer sur les pistes, le guide n’a rien expliqué.

Le déjeuner était rudimentaire dans un bâtiment tout en sel rempli de touristes qui viennent déguster lama et quinoa. Pour nous c’était poulet et riz.

Heureusement, nous avons discuté avec les jeunes gens secoués avec nous et nous avons fait les fameuses photos avec effet de perspective.

Il y a normalement une sorte d’île recouverte de cactus et des petits animaux qu’on peut aller voir. Mais ce jour là, c’était fermé : inaccessible à cause de l’eau. Oui le salar est humide, mouillé, inondé même une partie de l’année.

Nous avons donc roulé longtemps, doucement pour gagner du temps, dans l’eau. Et puis on a attendu. Tout ça pour le coucher de soleil partagé avec des centaines d’autres , appareils photos et téléphones à la main.

Effectivement, ça occupe…. il n’y a nul part ou s’asseoir et nul part ou marcher tranquillement (ou alors il faut des bottes et faire attention. Natacha a testé : enfoncée jusqu’aux chevilles dans le sel /saumure mouillée).

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *