Matcha Phorn In, une maman lesbienne thaïlandaise militante pour les droits LGBTQ et pour les droits humains!

Avant d’arriver en Thaïlande, nous avons contacté différentes associations LGBTQ pour leur demander si elles pouvaient nous aider à identifier des familles homoparentales. Nous n’avons réussi à identifier que deux familles de lesbiennes avec des enfants mais malheureusement nous n’avons pas pu les rencontrer. Nous voulions tout de même avoir le témoignage d’une famille arc-en-ciel Thaïlandaise, c’est pourquoi nous avons décidé de faire une interview Skype avec Matcha Phorn In.

Matcha se définit elle-même comme «faisant partie d’une minorité ethnique, lesbienne, mère et militante et éducatrice pour les droits humains». Elle est devenue militante sur les questions LGBT il y a environ 7 ans et depuis 3 ou 4 ans, elle se bat pour les droits des familles homoparentales.

Matcha est directrice de Sangsan Anakot Yawachon (Projet Construire l’Avenir des Jeunes), un projet de développement pour la jeunesse en Thaïlande, permettant aux minorités ethniques, et souvent aux apatrides, d’acquérir une éducation et des compétences de vie, tout en leur permettant de défendre leurs droits et de devenir des leaders pour leur communauté.

 « Une famille est un endroit où vous vous sentez en sécurité et vous vous sentez chez vous »

Matcha a quitté sa famille quand elle avait 18 ans. Elle définit la famille comme « un endroit où vous vous sentez en sécurité et vous vous sentez chez vous ». «Quand j’étais étudiante, j’étais toujours entourée de LGBTQ et nous avons créé notre propre famille».

 

Matcha a rencontré sa partenaire il y a sept ans. Il y a cinq ans, sa nièce, âgée de 9 ans, est venue leur rendre visite et a décidé de rester avec le couple. Matcha explique que « à l’époque, elle nous appelait toutes les deux Tatas, mais soudain, un jour, elle m’a appelé maman. J’étais choqué, je n’avais jamais prévu ça. Nous avons donc réalisé avec ma partenaire que nous étions désormais des mamans « . Leur fille a maintenant 15 ans et est une artiste très talentueuse (voyez par vous-même dans la photo ci-dessous).

“ Nous nous assumons en tant que couple de lesbiennes et famille homoparentale!”

Les voisins de Matcha, l’institutrice de sa fille, tous savent qu’elle est en couple avec une femme. « Comme ma partenaire est assez masculine (Butch) « , les gens comprennent rapidement que nous sommes un couple de lesbiennes. » Mais Matcha et sa famille vivent dans une zone rurale de Thaïlande où la norme est le couple hétérosexuel et la famille traditionnelle. Tous les voisins n’acceptent pas qu’un couple de lesbiennes habitent dans le village. Matcha nous confie: « Il y a un an, ils ont même mis le feu dans mon jardin  5 fois en 10 jours. Ils voulaient vraiment nous effrayer afin que ma famille et mon association fiche le camp! » Les causes du problème avec les voisins sont multiples, Matcha fait face a de l’homophobie, mais les voisins sont aussi réticent face à des activités de militante pour les droits des minorités ethniques. Elle accueille de nombreux enfants marginalisés et mène de nombreuses activités en faveur de la défense des droits de l’homme chez elle. Matcha et sa famille ont dû déménager pendant quelques mois afin qu’une clôture soit installée autour de la maison. Matcha voyage beaucoup, elle assiste à de nombreuses conférences sur les droits de l’homme dans le monde entier et elle souhaite que sa famille se sente en sécurité quand elle est absente.

Les familles arc-en-ciel invisibles de Thaïlande

J’ai demandé à Matcha si, en plus de sa famille, il y avait d’autres familles homoparentales en Thaïlande. Elle m’a expliqué que oui, il y avait d’autres familles arc-en-ciel en Thaïlande mais qu’elles étaient invisibles. « Si un enfant explique qu’il a deux mamans ou deux papas à l’école, il/elle sera victime de harcèlement comme s’il/elle était lui-même homosexuel(le).

 

Quelle est la prochaine étape pour les familles LGBTQ en Thaïlande?

Le mariage entre personnes de même sexe est un sujet qui a été soulevé ces dernières années en Thaïlande. « Mais nous ne parlons pas beaucoup des familles LGBTQ dans le débat en ce moment » a souligné Matcha. La Thaïlande travaille sur une loi proposant un « partenariat » ou « contrat civil pour les couples de même sexe. Ce « partenariat » n’est pas du tout l’équivalent au mariage et ne tient pas compte des droits des couples de même sexe pour l’adoption ou l’accès à la procréation médicalement assistée. Matcha remet en question la manière dont la loi a été rédigée car elle la considère comme incomplète. Pour Matcha, en tant qu’activiste LGBT: « le projet de loi n’a pas été discuté ouvertement et la communauté LGBTQ n’a pas été impliquée. Cette loi n’empêchera pas de discriminer les personnes LGBTQ et ne garantit pas l’égalité des droits « .

 

Si vous voulez en savoir plus sur Matcha, voici quelques liens :   

https://prachatai.com/english/node/7154

https://www.youtube.com/watch?v=7LWza5fWVVs

https://www.facebook.com/ravi.sena.3?lst=532738034%3A753792943%3A1512099430

Si vous voulez en savoir plus sur les droits LGBT en Thailande, je vous recommande la lecture de ce rapport édité par l’USAID et l’UNDP (en Anglais): https://www.usaid.gov/sites/default/files/documents/1861/Being_LGBT_in_Asia_Thailand_Country_Report.pdf

 

Autres interviews de familles homoparentales:

Meet Jenni and Lisa  (USA/Switzerland)

Meet Yan and Ann (China)

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *